La zoothérapie est une technique destinée aux humains qui met à profit l’interaction entre humains et animaux. Parmi les exemples les plus médiatisés, le chien surtout, mais aussi le chat, le dauphin, le cheval accomplissent des miracles avec les enfants autistiques et déficients intellectuels.

Le cheval se révèle être un auxiliaire de choix pour les personnes handicapées qui cherchent à améliorer leur coordination psychomotrice, leur force musculaire et leur équilibre. Le chat est utilisé dans plusieurs hôpitaux pour redonner vie aux malades et aux convalescents, de même que d’autres animaux à taille réduite : furets, hamsters, tourterelles, etc.

Une relation humain/animal de qualité peut combler une grande quantité de nos besoins psychoaffectifs; elle entraîne d’innombrables effets positifs sur la santé physique et mentale.

La zoothérapie est une technique thérapeutique, individuelle ou de groupe, caractérisée par l’utilisation d’un animal soigneusement sélectionné et entraîné avec lequel un intervenant dûment formé travaille pour maintenir ou améliorer la performance d’un client sur un ou plusieurs plans (cognitif, physique, psychologique, social ou affectif). Cette technique devrait idéale-ment être utilisée à l’intérieur d’une approche plus vaste qui l’encadre et lui donne un sens. Cette définition a été inspirée par (1) Jules Loss in « Pet facilitated Therapy in Human Health Care » (p. 124-145), un extrait de Bruce Fogle « Interrelations between People and Pets », Éd. Charles C. Thomas, 1981 et (2) par Zoothérapie-Québec, Montréal.

Zoothérapeute et Intervenant en zoothérapie sont synonymes. Par ailleurs, Zoothérapie et Thérapie assistée par l’animal (TAPA) sont synonymes également. Cependant, la tendance actuelle consiste à favoriser ce dernier terme.

La présence d’un animal auprès d’une personne, poisson, oiseau, chien, chat, hamster, etc., change l’environnement et favorise l’établissement de liens émotionnels, entre autres les liens d’attachement nécessaires au développement harmonieux de l’être humain. Ce n’est pas sans raison que la majorité des personnes qui possèdent un animal domestique le considèrent comme un membre de la famille à part entière.

Il convient cependant de faire attention : la simple possession d’un animal domestique ne peut, en aucun cas, être associé à la zoothérapie (il n’y a pas de thérapeute !) Ce que l’on appelle zoothérapie, ou thérapie assistée par l’animal, c’est vraiment un ensemble structuré d’interventions réalisées par un thérapeute humain dûment formé, lequel est assisté par un animal, le tout au service du mieux-être d’un client humain.

Un élément important qui favorise le travail en zoothérapie, c’est que l’amour d’un chien, par exemple, est inconditionnel : que l’on soit jeune ou vieux, pauvre ou riche, beau ou laid, malade ou en santé, gros ou maigre, l’animal ne nous juge pas et nous voue toujours la même sympathie. On se sent alors en confiance et on se laisse aller à nos émotions et à nos confidences, ce qui contribue à accroître l’estime de soi et le bien-être général. L’animal, par son absence de langage verbal, nous donne tout notre espace psychique. Son silence, autant que l’absence de jugement qu’il nous porte, en fait un être attachant auprès de qui on peut aller chercher réconfort et acceptation inconditionnelle.

Haut